Situation agricole au fouladou

l’émission  hebdomadaire  » ballal remobe «  » lavoix du paysan a reçu famara diané, responsable du secteur agriicole de la sous-préfecture de saré coly sallé

au micro de hammadou kandé, écoutons les  

Activités hivernales : des paysans se prononcent

l’hivernage touche à sa fin après avoir joué aux prolongations, car il a plu ce dimanche 01 Novembre 2015 au fouladou; les cultivateurs et riziculteurs récoltent mil,mais, coton et autres arachides sousles pluies; ce qui n’est pas sans inconvénients

écoutons leur émission à tewdufm

actualité agricole au fouladou

les cotonculteurs du fouladou sont inquiets de la tournure de l’hivernage : beaucoup de pluies, mais le cotonnier risque de ne pas produire bien

c’est le sentiment du régional de la sodefitex de velingara bousso au micro de tewdufm

Changement Climatique : Le Profil De L’hivernage 2014 En Question ?

Au sortir de la campagne hivernale 2014, la Plateforme de Dialogue Science Politique sur l’adaptation de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire (Plateforme CCASA) a organisé un atelier le 26 décembre à l’Hôtel Ndiambour pour communiquer avec les différents concernés sur le profil de l’hivernage et les mesures prises par le Gouvernement du Sénégal et les recommandations à formulées pour une meilleure prise en compte de la dimension changement climatique dans les politiques, planifications et stratégies de développement.
Le Président Comité national pour les changements climatiques (COMNACC), Mr Ousmane Fall SARR de rappeler dans son discours que l’agriculture est très exposée aux changements climatiques et plus que tout autre grand secteur économique, a besoin de s’y adapter et de développer des stratégies d’atténuation sobre en carbone afin de réduire les risques qu’induiraient le effets néfastes des changements climatiques dans la production et sur le pouvoir d’achat des populations. pour une agriculture productive pour garantir une sécurité alimentaire durable. Monsieur Modou MBOUP, CT venu représenté le Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural (MAER) a fait un focus sur la variabilité et le changement climatique sur l’agriculture qui augmente la vulnérabilité et l’exposition aux chocs.
Il a rappeler les stratégies et les mesures prises par le MAER dans le Programme d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise (PRACAS) qui est le volet agriculture du Plan Sénégal Emergent (PSE). Mr MBOUP dira bien que la menace relative au changement climatique « est plus que préoccupante » pour l’Afrique de l’Ouest, « car les populations sont pour la plupart pauvres et leurs moyens d’existences sont tributaires de ressources naturelles en constante dégradation. Il a rappelé les mesures d’adaptation mises en œuvre par le le Gouvernement du Sénégal, lesquelles ont permis d’anticiper sur les retards des pluies et les pauses pluviométriques prononcées lors de l’hivernage par endroits.
Dans cette optique d’adaptation au vu du profil de l’hivernage, Mr Oumar SANE, Directeur de l’Agriculture de rappeler les dispositions prises par le Gouvernement en mettant à la disposition des producteurs des semences à court cycle comme le sorgho, le mil, le manioc, le sésame et le niébé », qui ne sont pas très exigeantes en eau et qui peuvent boucler leur cycle malgré les perturbations constatées sur la pluviométrie dans certaines zones. Au cours des travaux plénières, plusieurs communications fortes enrichissantes ont été livrées par d’imminents spécialistes, que sont, le Dr Ousmane NDIAYE de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile et de Météorologie (ANACIM) portant sur les prévisions saisonnières, Mr Bamba DIOP du Centre de Suivi Ecologique (CSE) sur l’utilisation de la télédection en agriculture pour la détermination des zones à risques agropastorales, et ensuite par Mr Cheikh Sadibou PENE du Secrétariat Exécutif à la sécurité Alimentaire (SE/CNSA) sur le plan de contingence du gouvernement pour soulager les ménages affectées à l’insécurité alimentaire.
Avant ces présentations Mr Bounama DIEYE, de la Direction de l’Agriculture, Point Focal de la Plateforme CCASA a rappelé les missions et réalisation de la Plateforme pour l’intégration de la dimension changement climatique dans les politiques et stratégies de développement de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. Cet atelier présidé par l’Honorable député Cheikh SECK, Président de la Commission Développement Rural sous la modération du Professeur Thierno Amadou GAYE du LPAO-SP/UCAD a retenu que, les politiques, les stratégies de développement doivent prendre en charge la dimension changement climatique dans les prises de décision et les planifications pour réussir les actions de développement enclenchées. A la suite de cela une invite a été lancé à tous les acteurs (Chercheurs, décideurs, presse, acteurs associés, Société civile, Services déconcentrés et décentralisés) pour renforcer les synergies d’action et de prise de décision intégrant la dimension changement climatique pour un Sénégal Emergent avec l’implication et la participation de tous les acteurs

infos du fouladou

en ce début d’hivernage, la campagne agricole démarre pour certains, d’autres attendent encore que la terre soit plus « mouillée », ou d’avoir les intrants. ce qui est sûr, c’est qu’il pleut et les herbes poussent vite.

a diaobé, les paysans viennent se chercher du matériel agricole, ou le réparer, en témoignent les chargements hétéroclites des véhicules de transport en commun qui retournent dans les villages; et les accidents ne manquent d’arriver: véhicules vieux d’un autre âge conduits par des chauffeurs très imprudents.

écoutons le journal de tewdufm

 

 

Prévisions du CILSS : Les pluies seront rares cet hivernage

L’hivernage que l’on attend, ne sera pas aussi pluvieux que tout le Sénégal l’espère. Les climatologues du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (Cilss) disent même qu’il sera pire que celui de l’année écoulée. D’où le besoin pour l’Etat de prendre des mesures préventives.
Le gouvernement devra se préparer à une soudure sans doute encore plus dure que celle que nous venons de vivre, pour la fin du prochain hivernage. Les chercheurs du Centre régional Agrhymet, dépendant du Cilss, et dont le siège est à Niamey, viennent d’annoncer leurs prévisions concernant l’hivernage à venir. Et pour le Sénégal, la situation n’est pas particulièrement reluisante. Le Bulletin de suivi de la campagne agropastorale de l’Afrique de l’Ouest, qui a été publié hier, indique, pour ce qui concerne notre région, une situation pluviométrique plus dure que celle connue lors de la campagne hivernale écoulée.
Il est ainsi indiqué que les pluies viendront tardivement, mais qu’en plus, les précipitations, une fois qu’elles seront là, seront grandement déficitaires par rapport à ce que nous avions connu l’hivernage écoulé, surtout dans la période de juin à septembre. Agrhymet prévoit des débuts de saison de pluies tardifs pour les pays de la façade Atlantique, situés entre le Sud de la Mauritanie et le Nord de la Sierra-Leone, ce qui inclut donc tout le Sénégal. L’organisme de recherche indique s’attendre également à des pauses pluviométriques «plus longues équivalentes à celles habituellement observées sur la bande sahélienne couvrant le Sud de la Mauritanie, le Nord du Sénégal, la partie nord de la zone agricole du Mali,…» Toutefois, ces pauses «devraient être plus courtes dans la zone soudanienne couvrant le Centre et Sud du Sénégal,…» Lesdites pauses pluviométriques, dites séquences sèches, seront également notées dans les mêmes régions, après la floraison des cultures.
Ces prévisions assez pessimistes ont appelé de la part des chercheurs, des recommandations à l’attention des acteurs concernés. Ainsi, il est, entre autres, suggéré aux cultivateurs d’utiliser des variétés de semences à cycle court et de limiter l’utilisation des espèces dont les besoins hydriques sont très élevés. Les dirigeants et les acteurs sont de même appelés à «prévoir une large pratique de cultures irriguées et de décrue pour pallier les éventuelles baisses de production agricole qui découleraient de la tendance globalement normale à déficitaire des pluies de l’hivernage 2014».