Ouverture du Daaka ce matin : Ebola terrorise Médina Gounass

Jamais une édition du daaka annuel de Médina Gounass, retraite spirituelle dans le département de Vélingara, n’a suscité autant l’intérêt des autorités sanitaires du Sénégal. C’est que la 73ème édition de cet évènement, qui s’ouvre aujourd’hui, a coïncidé avec la présence du virus Ebola chez le voisin guinéen, frontalier à la localité. Un important dispositif sanitaire de prévention est mis en place.
Barrer la route à la fièvre hémorragique Ebola qui sévit actuellement en Guinée est le challenge des autorités sanitaires du Sénégal. Surtout que la menace est réelle à partir de la cité religieuse de Médina Gounass, au Sud du pays, qui abrite à partir de ce samedi un évènement religieux qui attire des milliers de fidèles musulmans tidianes en provenance de toutes les régions du Sénégal et au-delà de nos frontières. De la Guinée Conakry notamment. Pour parer à toute éventualité malheureuse, les autorités sanitaires de la région ont pris des mesures préventives «efficaces» à cet effet. Selon le chef de la sous-brigade d’hygiène de Vélingara, le lieutenant Alassane Keïta, «il est mis en place des barrages sanitaires dans les localités de Kalifourou et de Diaobé. Dans ces localités, tout comme dans le site du daaka, des trappes à vibrion sont disposées. Il s’agit de bassines d’eau javellisée à forte dose dans lesquelles les passagers lavent les mains. Dans le site, les commerces sont surveillés et les pèlerins sensibilisés par rapport aux mesures d’hygiène à adopter systématiquement et les comportements à risque à éviter. Pour cela, 20 agents sont mis à notre disposition». Ce n’est pas tout. Pendant les 10 jours de durée de cette retraite qui a lieu dans une forêt à 10 km du village vont séjourner en permanence 6 médecins et une dizaine d’infirmiers. En plus de 5 ambulances.

Comme jamais auparavant, les entrées de Médina Gounass seront sous haute surveillance, à la fois manifeste et discrète d’agents des renseignements. Il faut savoir que du côté de la frontière avec la Guinée Conakry, on craint une infiltration d’inconditionnels fidèles du khalife Thierno Amadou Tidiane Bâ. Un khalife qui a béni l’arrêté ministériel imposant la fermeture de la frontière entre le Sénégal et son voisin du sud. D’habitude, les Guinéens venaient en masse, certes pour les prières, zikr et récitations du Coran, mais aussi pour écouler de la marchandise telle que : l’huile de palme, le miel, des motos, des vélos et des nattes. Car au-delà de l’aspect spirituel, le daaka est également l’occasion d’une foire commerciale. Du fait de l’importance du nombre de pèlerins qui y séjournent et du nombre de jours (10) accordé à cet évènement.

A rappeler que cette retraite spirituelle a été initiée en 1942 par le fondateur de Médina Gounass Thierno Mahamadou Saïd Bâ. Au début, elle était itinérante dans les villages du département de Vélingara pour des missions d’islamisation, avant d’être stabilisée dans ce site depuis 42 ans, selon Thierno Djiby Niasse un marabout proche du khalife.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *