RESULTATS ENCOURAGEANTS AU FOULADOU

Les élèves des lycées et collèges de proximité ou ruraux : kounkané-linkéring-pakour-diaobé-dabo-salikégné-mampatim-…ont fait de bons résultats, malgré les dures conditions d’études, menées dabns les abris ou huttes provisoires
une mention est à l’honneur des filles qui ont réussi dans la série L’L2 et surtout en S2; un signe pour freiner les grossesses et mariages précoces au fouladou
reste à se mettre au numérique, car les élèves sont encore analphabètes en matière informatique, outil incontournable pour compléter les apprentissages
bon vent aux heureux diplômés, le chemin est plus rocailleux, épineux  » devant »

depuis hier 19 juillet 2016, les activités pluvieuses ont repris; il a plu les 19 et 20 juillet dans l’après-midi, suffisamment pour permettre aux paysans, très angoissés, à reprendre les semis et espérer une bonne suite de la pluviométrie au fuladuu
à vos semoirs, houes siin et pompes à herbicides !!!!

Le Centre des opérations d’urgence sanitaire en alerte contre le virus Zika

LA MALADIE N’A PAS DE FRONTIERE

Dans un entretien à l’APS, il déclare que le ministère de la Santé et de l’Action sociale, à travers le Centre des opérations d’urgence sanitaire (COUS), « fera tout ce qu’il faut pour contrecarrer ce virus », dont des cas ont été signalés au Cap-Vert et en Guinée-Bissau, deux pays frontaliers du Sénégal.
Le gouvernement bissau-guinéen a confirmé vendredi dernier la présence du virus Zika dans le pays où trois personnes ont été contaminées sur l’île de Bubaque, dans l’archipel de Bijagos.
La Guinée-Bissau devient ainsi le deuxième pays d’Afrique de l’Ouest touché par ce virus après le Cap-Vert où plus de 7 500 cas ont été jusque-là enregistrés. Ce virus était apparu en 2015 en Amérique du Sud et dans les Caraïbes.
« Il n’y a pas encore de vaccin ni de traitement ou un médicament qui permet de tuer le virus. La recherche est toujours en cours. Nous faisons des études pour une meilleure compréhension du virus », a expliqué le professeur Daouda Ndiaye.
Il rappelle que ce virus est transmis par la piqûre d’un moustique infecté du genre Aèdes. « Dans 90% des cas, précise-t-il, c’est une maladie qui ne pose aucun problème et peut passer inaperçue ».
Le moustique responsable de la transmission de la maladie « pique généralement la journée ou très tôt le matin », a dit le professeur Ndiaye, par ailleurs chef de l’unité mycologie et parasitologie du Centre hospitalier universitaire Le Dantec, à Dakar.
Les symptômes se manifestent généralement sous forme de fièvre, maux de tête, conjonctivite, éruptions cutanées et douleurs articulaires, a-t-il signalé.
Le virus ne représente toutefois « aucun danger » pour les personnes infectées et par conséquent, « il n’y a pas à s’alarmer », a assuré le spécialiste.
Dans le cas de la femme enceinte, le virus Zika « peut être dramatique », en raison de risque d’avortement ou de malformation du fœtus, a-t-il ajouté.
Le professeur Ndiaye a appelé les femmes enceintes à ne pas s’alarmer, tout en les invitant à porter des habits longs, dormir sous des moustiquaires imprégnées et à éliminer les eaux stagnantes.
Selon le directeur du Centre africain d’excellence sur la génomique des maladies infectieuses de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar, les pays où des cas de Zika ont été notés doivent être également évités.
Le virus Zika a été découvert pour la première fois en 1947 sur un singe macaque rhésus dans la forêt du même nom, en Ouganda, avant d’être identifié chez l’homme en 1952, en Ouganda et Tanzanie.

KOLDA : LA MALADIE ZIKA

Tout ce qui chasse les moustiques est utile dans la lutte contre la maladie
La maladie à virus Zika est apparue en Guinée Bissau avec « trois cas confirmés » à la date du samedi dernier, selon Le Médecin Chef de Région de Kolda. Suffisant pour que les autorités médicales procèdent au rappel de quelques mesures préventives. Pour Dr Barnabé Gningue, « Tout ce qui chasse les moustiques est utile dans la lutte contre Zika. Il faut se protéger contre les piqûres de moustiques ». Dans la même veine, « L’utilisation des MILDA, distribuées depuis trois ans, est d’une grande actualité dans ce contexte », poursuit l’autorité médicale.
Le patron de la Région Médicale de Kolda de rappeler que la maladie se manifeste par « une fièvre, des éruptions cutanées, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête… ». Selon Dr Gningue, « le virus est très nocif sur la grossesse ». En effet, une des complications de Zika « ce sont les avortements et surtout des enfants qui naissent avec un crâne anormalement petit appelé microcéphalie ».
Toutefois, « Zika est une maladie bien connu par les services de santé du Sénégal » rasure Dr Gningue. A l’en croire, « La maladie a une fois fait son apparition dans la région de Diourbel en 1965 ». koldanews

le français au bac

  l’épreuve du français au bac se prépare bien à l’institut privé le bissabor à kounkané
le professeur a.diallo termine par le commentaire poétique
suivons mr diallo avec une voix parfois cassée par la rigueur du carême: affamé qu’il était!
voilà la 2e partie suite et fin
 

préparation des examens à kounkané

les candidats au bac de l’institut privé le bissabor ont invité le professeur abdourahmane diallo pour traiter de la technique de dissertation et du commentaire en français:
– la poésie comme dissertation
– le dormeur du val pour le commentaire
écoutons mr diallo dans la 1ère partie de l’exposé